L'immobilier dans le Morbihan : une tendance à la hausse qui se confirme

Poursuivant sur sa lancée de l'année passée, l'immobilier breton et notamment morbihanais garde bonne forme en 2020 malgré un fléchissement dû à la pandémie.
Mercredi 09 septembre 2020
marché immobilier morbihan perion
Après une excellente année 2019, l'immobilier en Bretagne se porte à merveille, avec des prix et un volume de transactions qui ne cessent de grimper. Si cette tendance est ressentie dans chaque agence immobilière de Vannes, c'est dans le Morbihan que le marché reste le plus dynamique.
 

Le Morbihan bat tous les records depuis un an

Force est de constater qu'en matière de ventes immobilières, le Morbihan, meilleur élève de Bretagne, affiche un volume de transactions et des prix toujours en hausse. Avant la pandémie, on constatait :
dans l'ancien, on constate une augmentation de 3,8% sur les prix médians des appartements et de 4,2% sur ceux des maisons
les prix des terrains à bâtir ont pris + 5,5% en un an
 
Une des raisons qui expliquent ce phénomène est l'incontestable attraction qu'exerce le Morbihan sur des personnes d'autres départements puisqu'un tiers des acquéreurs ne sont pas Morbihanais. Parmi les nouveaux arrivants, on note une surreprésentation des plus de 60 ans, qui ont visiblement choisi le département 56 pour y couler une retraite paisible.
 

Les villes les plus prisées

En tête du classement, on retrouve notamment :
les agglomérations de Lorient et de Vannes, chef-lieu du département qui doit en grande partie son succès à la présence du TGV permettant de rejoindre la capitale en moins de 2 heures et demi 
des villes du littoral telles que Quiberon, Arradon, Baden, Larmor-Plage ou encore Carnac.
 

Le cas particulier du neuf

Comme dans le reste de l'Hexagone, le redécoupage des zones éligibles au dispositif fiscal Pinel a mis un frein aux investissements locatifs dans le Morbihan. Toutefois, le marché de la construction continue de bien se porter, soutenu par une demande toujours plus forte d'acquéreurs désireux de s'offrir une résidence principale sur plans. 
 
Les promoteurs exploitent le filon, et notamment un marché de niche bien précis : les résidences de standing et les biens très haut de gamme dont les prix peuvent atteindre 12 000 € le mètre carré.
Quant aux terrains à bâtir, ils restent une denrée rare, et leurs prix continuent de flamber. À titre d'exemple, sur Vannes, il faut compter entre 150 000 et 200 000 € pour s'offrir une parcelle constructible.
 

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Cliquez ici pour en savoir plus Accepter